00000.jpg

Comment cuisine ‘le Belge’?

Les nombreux programmes culinaires des chaînes de télévision belges en attestent: la cuisine a le vent en poupe. Curieux de savoir comment cela se traduit dans nos cuisines, AEG a demandé de réaliser un sondage. Celui-ci révèle qu'en cuisine, le Belge moyen aime les expériences. Surtout celui entre 35 et 47 ans. Les jeunes jusque 24 ans sont plutôt adeptes de la cuisine classique. Tiens, la sagesse ne devrait-elle pas venir avec l'âge?

Autre révélation assez inattendue: les personnes plus âgées ne sont pas les seules à préférer une cuisine de facture traditionnelle: les jeunes aussi. L'explication la plus plausible tient dans un manque d'expérience et/ou d'intérêt de leur part. Pourtant, il semble que l'on fasse preuve de créativité dans la cuisine de Monsieur tout le monde. Et Monsieur plus que Madame, d'ailleurs, car lorsqu'il est aux fourneaux, il se montre plus audacieux. D'où viennent les idées de recettes? Pour beaucoup, Internet est une bonne source d'inspiration. La tablette, utilisée en cuisine par plus de la moitié des personnes interrogées, est un assistant fort apprécié. Et le bon vieux livre de cuisine? Il ne l'est plus que par une personne sur cinq. Précisons encore qu'un répondant sur quatre ne se fie qu'à lui-même et se lance dans des expériences sans aide extérieure. Cela dit, parmi ceux qui aiment fouiner dans les recettes, ils ne sont qu'un sur six à suivre scrupuleusement le mode opératoire, étape par étape. Plus de la moitié des répondants osent s'aventurer hors des limites, ajoutent leur touche personnelle, voire revisitent toute la préparation selon leur humeur.

Tout cela est bien, mais que prépare-t-on au juste en cuisine? Près de la moitié des personnes sondées préfèrent une table apéritive composée d'amuse-bouches et de tapas, plutôt qu'un copieux repas conventionnel. En ce qui concerne les ingrédients, on constate qu'ils proviennent de plus en plus du potager: près d'une personne sur dix se fournit en fruits et légumes de son jardin. Le reste provient essentiellement des supermarchés. À titre de préparation, une personne sur sept dresse une liste de courses au préalable. Tiens, malgré la numérisation galopante de nos habitudes, la bonne vieille liste sur papier demeure encore, et de loin, la plus utilisée. Même si un changement des habitudes est à prévoir en ce domaine …

En haut